top of page

Acquisition d’entreprise: comment rédiger un communiqué de pressé dédié ?

Dernière mise à jour : 16 mai 2022



L’on parle d’acquisition ou de rachat d’entreprise lorsqu’une société A, décide d’acheter les parts sociales d’une entreprise B. Ce rachat de parts peut être complet ou partiel, mais toujours est-il qu’il poursuit des objectifs généralement connus qui peuvent être : l'expansion de l’entreprise, la diversification de ses produits ou services, le contrôle de sa chaîne d’approvisionnement, etc.

Mais pour cet exercice qui fait partie du guide des communications financières, nous verrons comment rédiger un communiqué de presse pour une entreprise A qui devient l’actionnaire majoritaire d’une autre.

On prendra ici le cas d’une entreprise togolaise et d’une ivoirienne, qui toutes les deux font dans le textile. Si le communiqué s’adresse au public ivoirien, il doit être écrit et organisé de manière à ce que dès les premières lignes, le journaliste ivoirien se retrouve dans ce qui est dit, et trouve intérêt à en parler, et vice-versa, lorsqu’il s’agit du public togolais. C’est cet agencement qui devra être pris en compte tout au long de la rédaction de votre communiqué de presse.



La structure d’un communiqué de presse consacré à l’acquisition d’entreprise


Comme la plupart des communiqués de presse, celui consacré à l’annonce d’une acquisition d’entreprise compte quatre principales parties, avec d’abord, une titraille (titre et chapeau), ensuite le corps du communiqué puis les adresses utiles. Si la présentation est quasi la même, la différence se fera au niveau de la hiérarchisation de l’information en fonction du public cible.


Un titre qui met en avant l’entreprise en fonction du public cible

La principale exigence d’un communiqué de presse d’acquisition d’une entreprise est la hiérarchisation en fonction du public cible. Dès le titre, cette exigence doit être prise en compte. Lorsqu’on parle d’un rachat, on part du principe qu’une entreprise est acquise par une autre sans forcément changer de nom. En fonction du pays cible, on mettra en valeur l’une ou l’autre entreprise, tout dépendant de la proximité entre le public cible et l’entreprise.


Le titre doit tout de même contenir les noms des deux structures, mais également, le nouveau statut ou mieux, l’impact de l’acquisition pour l'entreprise acquérante ou même pour un secteur d’activités. On dira par exemple : CotonIvoire rachète TextilTogo pour contrôler la chaîne d’approvisionnement en coton en Afrique de l’Ouest (public ivoirien)/TextilTogo rachetée par CotonIvoire ambitionne de se lancer dans la transformation.


Un chapeau qui annonce brièvement les chiffres clés de l’acquisition

Il s’agit ici de présenter de manière assez brève les deux entreprises avec à l’appui des chiffres clés, qui peuvent être le chiffre d’affaires ou encore la représentation sur un marché. Ces données peuvent également être la présentation des ambitions chiffrées de l’entreprise qui vient de se doter des parts sociales de l’autre. Exemple : l’entreprise ivoirienne qui fait un chiffre annuel de 125 millions de dollars acquiert la togolaise riche de 100 millions de dollars pour créer une multinationale qui lorgne les 400 millions de chiffre d’affaires d’ici cinq ans.


Une première partie qui présente de manière succincte les deux entreprises

Si la titraille était essentiellement consacrée à la présentation assez brève de chacune des entreprises et de l’impact de l’opération de fusion dans le long terme, dans la suite du communiqué, il est attendu plus de détails sur chacune des entreprises.

Un paragraphe pour chaque entreprise, la présentation comprend les données techniques et commerciales sur l’entreprise, notamment le nom de l’entreprise, sa date de création, son président ou directeur, son champ d’actions, ses spécificités, son chiffre d’affaires…


Une deuxième partie consacrée à l’acquisition en elle-même

Le communicant doit apporter des détails assez pertinents au sujet de l’opération, comme le montant de l’opération d’acquisition, certaines de ses clauses (qu’il juge divulgable), la nouvelle organisation de l’entreprise acquise (si le rachat prévoit un ajustement) le nouveau dirigeant, ses ambitions en termes de chiffre d’affaires et de positionnement commercial sur le moyen et le long terme. Des données plus techniques et pratiques sur l’opération d’acquisition doivent également être fournies. Ce sont notamment le processus de fusion des unités de production, la gestion du personnel, le nouveau siège de l’entreprise, sa représentation…


En plus de cette présentation de la nouvelle structure, il est important de donner la parole au dirigeant de chaque entité. Ainsi, le directeur général de TextilTogo ou son directeur commercial pourra revenir sur le bien fondé de l’opération, de même que les dirigeants de CotonIvoire.


Une troisième partie sur les étapes de l’opération

La dernière partie du communiqué de presse devra présenter le cabinet ou la structure qui a mené l’opération de bout en bout


Terminer avec des contacts presse

Comme avec tout autre type de communiqué, il est toujours important de laisser des contacts presse, afin de permettre aux journalistes de contacter l’une ou l’autre entreprise afin de compléter ou obtenir une information. Dans ce cas précis de l'acquisition, les contacts des chargés de la communication des deux entreprises doivent être écrits.


Si vous travaillez sur une fusion et non une acquisition, nous avons aussi préparé un modèle à suivre, et les éléments clés à insérer. Suivez le guide.

Commenti


Envoyez votre communiqué

Dans tous les pays de votre choix, parmi les 54 pays du continent et les panafricains

Tarifs dégressifs en fonction du volume

bottom of page