Agence, journaliste, fixeur… Qui choisir pour réussir ses RP en Afrique

Dernière mise à jour : 25 mai 2020


Comment lancer une campagne de relations presse dans un pays africain quand on n’a pas les bons contacts et qu’on ne connaît pas vraiment le paysage médiatique ? Pas facile…


Pour de bons résultats et des retombées tant qualitatives que quantitatives, beaucoup d’annonceurs ont tendance à s’appuyer sur un acteur local pour sous-traiter leurs campagnes. Quels sont les avantages et les inconvénients ?


Petit tour d’horizon de vos options.




Avec une agence de relations presse locale

Avantages : Elle est sans doute le meilleur partenaire pour une campagne de communication Rompue aux aléas du métier, une bonne agence :

  1. Connaît les médias du pays et sait comment les gérer (somme de per diem pour tel ou tel médias par exemple) 

  2. A conscience des impératifs de l’annonceur et de ses exigences en termes de qualité et de budget

  3. Dispose des effectifs nécessaires pour réaliser la mission

  4. Est aussi une ressource pour toute autre demande en lien ou non avec les activités de l’annonceur

  5. Peut émettre une facture et signer un contrat de prestation de service, ce qui facilite grandement les règlements.

Inconvénients :

A la lecture du paragraphe précédent, vous aurez sûrement envie de vous arrêter là.


Que des avantages penserez-vous. Oui mais voilà, trouver la perle rare, l’agence capable d’être force de proposition stratégique, de créativité et qui puisse adapter vos contenus internationaux à “la sauce locale”, c’est une mission presque impossible !

Sans parler de la rigueur dans le reporting et la gestion des délais.

Pourquoi ?

Parce que sur le continent, les institutionnels et les entreprises ont pour habitude de parler directement aux médias et de gérer la relation de gré à gré sans l’intermédiaire d’une agence. Elles sont donc très rares !





Avec le journaliste d'un média national

Avantages :

Il connaît ses confrères, qu’il fréquente régulièrement lors des évènements et conférences de presse. Il peut donc les approcher rapidement et dealer des publications ou interviews. Il maîtrise aussi le traitement de l’information, l’environnement des médias et leurs organisations internes.


Autre avantage : le journaliste apporte des conseils marchés très utiles aux annonceurs pour leur stratégie de communication. Inconvénients :

Le journaliste, comme son nom l’indique, est un journaliste !


Il n’est pas un stratège en communication, ni un habitué de la gestion et de l’encadrement d’une campagne de relations presse. Et comme sa fonction officielle est celle d’un journaliste (vous l’avez bien compris maintenant), il ne peut intervenir que de manière « officieuse». Pas toujours facile pour lui d’exécuter certaines tâches comme la diffusion de communiqués en masse ou les relances téléphonique. Et sur du long terme, sa position « non officielle » de communiquant rémunéré peut être mal perçu auprès de ses confrères journalistes.


Résultats : ils vont rechigner à traiter les informations qui leur sont données (jalousie, quand tu nous tiens).




Avec un fixeur

Avantages :

Comme son nom ne l’indique pas, le fixeur est une personne de réseau, qui connaît beaucoup de monde dans un pays donné, que ce soit dans les médias ou dans d’autres sphères.

Il est surtout très introduit auprès des décideurs. Un ou deux coups de fil et hop, il peut vous trouver les bonnes informations ; les journalistes clés et caler les interviews qu’il vous faut. Il sait négocier ou arranger des opportunités inespérées ! Multitâches, il peut être pour l’annonceur un partenaire utile dans d’autre domaines. Inconvénients :

Le fixeur n’est pas un communiquant. Il reste un intermédiaire !

Et donc incapable d’exécuter les tâches liées au métier des relations presse (rédaction, diffusion de communiqués, reporting). Il est sur tous les fronts au niveau relationnel, mais qui dit dispersion, dit aussi manque de rigueur.


Businessman et opportuniste, le fixeur négocie sa rémunération en fonction de ses propres critères. Il y a des chances pour qu’il soit un peu déconnecté des prix du marché




Et en s'affranchissant des intermédiaires ? 


Vous l’avez compris, choisir un prestataire local n’est pas toujours le bon pari pour réussir ses relations presse en Afrique. Pas de panique, reste une solution, la meilleure : gérer ses campagnes de relations presse soi-même. Aucune raison d’être effrayé, la tâche n’est pas si ardue, mais à condition d’avoir les bons contacts ! Clipse vous propose une solution qui permet de contacter directement les journalistes qui pourront être intéressés par votre campagne. C’est une base de données fiable et complète des journalistes en Afrique, avec les adresses emails et les numéros WhatsApp pour échanger directement avec eux ! Vous serez assurés de délivrer le bon message à la bonne personne.


Les avantages ? Sans intermédiaire, c'est la solution qui vous coûtera le moins cher. Et vous pourrez aussi nouer des relations durables avec les journalistes. De quoi être de plus en plus efficace au fur et à mesure de vos campagnes... Nous vous donnons aussi beaucoup de conseils sur la manière d'aborder les journalistes, lesquels contacter en priorité, et d'autres encore. Lisez par exemple comment maximiser les résultats de ses campagnes en Afrique francophone. Vous avez l’info, Clipse a les réseaux !

0 commentaire